Voila, c’est fini. Un grand visionnaire nous a quitté cette nuit du mercredi 5 octobre 2011, au lendemain de la dernière keynote d’Apple… Steve Jobs avait 56 ans, dont 23 à la tête d’Apple, l’entreprise qu’il a fondé avec Steve Wozniak et Ronald Wayne en 1976. Il était atteint d’un cancer du pancréas et s’était fait opéré d’un cancer du pancréas en 2004. En 2009 il avait subi une transplantation du foie. Depuis, son état avait l’air de s’être stabilisé, malgré qu’il ait sévèrement maigri.

Qu’on soit pour ou contre Apple, on ne peut s’empêcher de reconnaitre que Steve Jobs a fait de cette entreprise une brique majeure dans le développement de l’industrie d’informatique et de télécommunication, et qu’il était un pionnier dans ce domaine. Il a su innové et convaincre le public de ses innovations.

Son compagnon de route, Steve Wozniak lui rend hommage sur CNN en en déclarant:

«Nous avions le sensation que [la création d’Apple] était quelque chose d’incroyablement important, mais nous n’aurions jamais pu imaginer que cela prendrait les proportions actuelles, que ce serait une part si importante de la vie de chacun, de tant de façons différentes.
[…]
On ne pouvait pas imaginer qu’on pourrait stocker une chanson dans une mémoire d’ordinateur. […] On soudait, on branchait des trucs, Steve était pendu au téléphone pour acheter des pièces, trouver des distributeurs, parler à des gens, finir par lever de l’argent. […] Il n’écrivait pas les programmes lui-même, mais il pouvait employer de formidables techniques de gestion pour obtenir le meilleur de tous les ingénieurs. […] Steve était toujours en train de pousser — « tu peux faire ceci ? », « tu peux faire cela ? » — les ingénieurs au-delà de leurs limites, et il obtenait d’eux que ce soit finalement fait — « oui, je peux, je peux. »
[…]
« Je suis abasourdi par cette annonce. […] C’est un peu comme quand John Lennon est mort, ou JFK, ou peut-être Martin Luther King : on ressent comme un grand vide. Tout le monde sait ce qu’il a réalisé, il a sans aucun doute dépassé de très loin, très très loin tous les buts qu’il s’était fixés. »

Le site web d’Apple rend hommage à son fondateur, ainsi que la page d’accueil de Google.

D’ailleurs Sergey Brin et Larry Page se sont exprimé à ce sujet avec ces mots :

Sergey Brin : « Dès les premiers jours de Google, quand Larry et moi cherchions de l’inspiration pour une vision et un leadership, il suffisait de regarder à Cupertino. Steve, ta passion pour l’excellence a été ressentie par quiconque a touché un produit Apple, comme ce MacBook sur lequel j’écris en ce moment. »

Larry Page : « Il était un homme aux réalisations incroyables et extrêmement brillant. (…) Il a été très gentil de me contacter quand je suis devenu PDG de Google et de passer du temps à m’offrir ses conseils et ses connaissances, bien qu’il n’était vraiment pas en santé. »

Bill Gates et Steve Ballmer, co-fondateurs de Microsoft et qui ont longuement travaillé au côté d’Apple ont eux aussi réagit sous ces termes :

Bill Gates : « Je suis vraiment attristé d’apprendre la mort de Steve Jobs. Melinda et moi-même tenons à présenter nos sincères condoléances à sa famille et ses amis, et plus généralement, à tous ceux que Steve a influencé à travers son travail. Steve et moi nous sommes rencontrés pour la première fois il y a 30 ans de cela, et avons été collègues, compétiteurs, et amis, plus de la moitié de nos vies. Le monde aura rarement rencontré quelqu’un ayant laissé un tel impact, qui sera laissé en héritage aux générations à venir.Pour ceux de nous ayant eu la chance de travailler avec lui, disons que ce fut un grand honneur. Steve va me manquer énormément. »

(Voir ce texte sur le bloc note personnel de Bill Gates)

Steve Ballmer : « Je voudrais exprimer mes plus sincères condoléances après la mort de Steve Jobs, l’un des fondateurs de notre industrie, un vrai visionnaire. Mon coeur pense à sa famille, à tous les gens d’Apple, et à tous ceux influencés par son travail. »

Tim Cook, le CEO actuel d’Apple, a envoyé un mémo aux employés disant : « (..) Apple a perdu un visionnaire et un génie créatif. Et le monde un être d’exception. Ceux d’entre nous qui ont eu la chance de connaître Steve et de travailler avec lui ont perdu un être cher et un mentor qui fut pour tous une source d’inspiration. Steve laisse derrière lui une entreprise qu’il était le seul à pouvoir bâtir. Son esprit restera à jamais l’esprit d’Apple. »

Vous pouvez vous aussi envoyer un mot de sympathie ou de condoléances à cette adresse rememberingsteve@apple.com

Les internautes n’ont pas manqués quant à eux de lui rendre hommage chacun à sa façon. Voici donc une séléction de réalisations graphiques pour Steve.


( source)

Pour la fin, je voudrais revenir sur quelques unes de ses citations les plus marquantes. Quand on est artiste, on l’est jusqu’au bout, et c’est bien ce qu’on se dit de Steve Jobs lorsqu’on découvre ses mots, courts, mais élégants, percutants, et remplis de sagesse.

«Picasso disait : ‘les bons artistes copient, les grands artistes pient’. Nous avons toujours eu honte de voler les grandes idées… Je pense que ce qu’une partie de ce qui a fait le Macintosh quelque chose de grand c’est que les personnes qui ont travaillé dessus étaient des musiciens, des poètes, des artistes, des zoologistes et des historiens qui se trouvaient être également les meilleurs spécialistes en ordinateur du monde.» (Interview vidéo – 1984)

«Me rappeler que je serai bientôt mort a été la chose la plus importante qui me soit arrivée pour m’aider à faire des grands choix dans ma vie. Parce que presque tout, tout ce que vous disent les autres, toute la fierté, toute la peur de l’embarras ou de l’échec – ces choses s’effondrent devant le visage de la mort, ne vous laissant que ce qui est vraiment important.
Vous rappeler que vous allez mourir est le meilleur moyen d’éviter le piège de penser que vous avez quelque chose à perdre. Vous êtes déjà nu. Il n’y a pas de raison de ne pas suivre votre cœur. Restez affamés, restez fous.» (Stanford University – 2005)

«Être l’homme le plus riche du cimetière ne m’intéresse pas. Aller coucher le soir en me disant que j’ai fait des choses extraordinaires aujourd’hui, voilà ce qui compte» (Wall Street Journal – 1993)

© Ryan Katsanes

Tenez vous informés et abonnez vous au flux RSS.

Partagez l’information sur les réseaux sociaux ou par mail :

« »