gg

Pour ceux qui n’auraient pas encore pigé ce qu’était iCloud, le nouveau concurrent de DropBox qui ne fonctionne que sur des appareils Apple (#troll) :)

infographie iCloud

Source : InfographicWorld – What is icloud

Je me rappelle que pour nos projets au lycée ou à la fac, on devait splitter nos fichiers de plus de 1.44M pour pouvoir les enregistrer sur plusieurs disquettes 3.5 ». Je me rappelle même que le système d’exploitation de notre vieux Amiga 1000, le Workbench, tenait sur une disquette …

Puis les flashdisk ont fait leur apparition et ce fût une véritable révolution chez les étudiants. Un espace de stockage de 128M sur un seul device ?!! WAAW !!

Aujourd’hui on pourrait en rire, avec tout ce qu’on a comme solutions de stockage, DD, SSD, NAS, Cloud, etc … Et surtout les immenses capacités qu’ils offrent.

Mashable est revenu sur l’histoire du stockage informatique et nous a produit une magnifique infographie.

Source

Alternatives open-source à Dropbox

Vous devriez surement connaitre dropbox, le service de stockage de fichiers sur le cloud. Très pratique, cependant des questions sur la confidentialité existent quand même, et d’autres ici. Un grand nombre d’utilisateurs (dont je fais partie) lui préfèrent donc des solutions open-source, les installer eux-mêmes et pouvoir ainsi contrôler leurs données.

Voici donc un ensemble d’alternatives open-source à Dropbox que vous pourrez utiliser en toute tranquillité (ou pas). Je ne fais pas de descriptifs détaillés, les logiciels ont presque les mêmes fonctionnalités, et plusieurs autres amis blogueurs ont longuement parlé de chacun d’entre eux. Donc pour les descriptions, Google est ton poto ;)

SparkleShare

Sans doute le plus connu, et peut être le plus efficace, SparkleShare est simple, leger, sécurisé et vous permettra de paramétrer vos propres serveurs et ainsi garder la main sur vos données. Disponible sur Linux et Mac (les versions Windows, Android et iOs sont prévues).
Site officiel de SparkleShare

ownCloud

Une autre alternative prometteuse, mais les fonctionnalités sont encore un peu limité (peut être du a sa relative jeunesse). Mais l’essentiel est deja là est c’est suffisant pour une utilisation simple. Utilise Apache, Php et MySql, donc disponible sur Linux, Windows et Mac.
Site officiel de ownCloud

iFolder

Surement le plus ancien vu qu’il est sorti en juin 2001, il est développé par Novell et disponible sur Linux, Windows et Mac.
Site officiel de iFolder

Syncany

Une autre alternative, pas encore finalisée, mais les captures d’écrans et les fonctionnalités sur papiers sont très prometteuses, et si Syncany arrive à terme, il y a fort a parier qu’il devienne la référence des Free Dropbox-like ! La première version sera disponible sur Linux, les portages à Windows et Mac suivront.
Site officiel de Syncany

C’étaient les 4 les plus populaires, mais il n’y a pas qu’eux, il en existent d’autres un peu moins connus certes mais qui s’acquittent des mêmes tâches plus ou moins bien. On peut citer Acid Rain (Linux, Windows, Mac), QtdTools (Linux et Windows), ou encore IQBox (Windows).

Personnellement je penche du coté de SparkleShare, en attendant Syncany et voir ce que ça donne.

Voila c’est fini, cette liste peut vous être utile si vous voulez passer au cloud sans engraisser les multinationales et autres entreprises privées avec vos données confidentielles. Peut être que je ferai un tutoriel d’installation et d’utilisation d’un de ces logiciels un de ces jours.

Amazon Silk et la confidentialité, allié ou traitre ?

Amazon a réussi a faire son buzz ces deux derniers jours en annonçant et en vantant les mérites du premier navigateur cloud. Amazon Silk, la navigateur du Kindle Fire, serait capable de profiter de la puissance du Cloud pour améliorer la navigation web des utilisateurs en anticipant leurs prochaines visites et pré-charger la page qui sera ouverte.

Un pas en avant pour la rapidité de navigation … mais 10 en arrière pour tout ce que ça implique !

En effet, pour pouvoir anticiper vos click sur le web, Amazon Silk analysera votre historique, vos tendances, vos préférences, vos goûts, vos comportements, etc …
C’est ce qu’affirme Stephen Shankland sur Cnet (en), lorsque vous acceptez les conditions d’utilisation, vous permettez à Amazon de «récolter et enregistrer toute information que vous nous transmettez via notre site-web ou tout autre moyen. Puis nous utilisons ces informations pour différents buts comme répondre à vos requêtes, personnaliser vos futurs shopping, améliorer nos magasins, et communiquer avec vous.»

Chris Espinoza rajoute une couche en expliquant sur son blog (en) que «Amazon recoltera et controlera chaque transaction commise par un utilisateur de Fire. Chaque page qu’ils visiteront, chaque lien qu’ils suivront, chaque click qu’ils feront, chaque publicité qu’ils regarderont passeront par l’intermédiaire d’une des plus grosse ferme de serveurs de la planète.»

Ainsi, chaque click que vous faites, chaque formulaire que vous remplissez, chaque adresse que vous visitez, seront transmis à Amazon et enregistrés sur leurs serveurs. De quoi avoir froid dans le dos …

Il ne reste plus aux utilisateurs de Silk que de choisir entre vitesse de chargement et confidentialité. Silk, allié ou traître ?