Twitter et les brevets : Chapeau bas !

Twitter

Une info express ce matin.

Les patrons de l’entreprise Californienne ont précisé hier sur leur blog comment comptent-ils utiliser la batterie de brevets concernant les innovations faites au sein de leur entreprise.
Désormais, Twitter se démarquera des autres boites en introduisant le concept d’IPA, « Innovator’s Patent Agreement » ce qui signifie, pour faire court : permettre aux développeurs et aux ingénieurs de garder le contrôle sur leurs inventions, Twitter n’utilisera donc les brevets de leurs inventions qu’en cas de défense, et si une attaque est envisagée elle ne se fera qu’avec l’accord des développeurs et des ingénieurs concernés par ce brevet. Ce qui permettrai aux autres développeurs de proposer des innovations qui pourraient se rapprocher de certaines idées twitterriennes sans craindre une attaque de celle-ci.
Très bonne nouvelle, et unique en son genre vu qu’elle encouragera, vous l’aurez compris, l’innovation au lieu de la freiner à coup de plaintes et de procès frisant le ridicule dont nous ont habitués récemment, Apple, Samsung et Google.

Twitter, chapeau bas !

Nous assistons à un nouvel épisode de la série à rebondissement «Facebook, mon ennemi intime !». En effet, un jeune autrichien, étudiant en droit, vient de porter plainte contre Facebook pour détention illégale de données personnelles. Suite à sa demande, Max Schrems 24ans, reçu un cd de la part de l’entreprise californienne, contenant une copie des données qu’ils détiennent sur lui. Et à sa grande stupeur, parmi les 1200 pages de données personnelles, figurent un grand nombre qu’il déclare avoir supprimées durant les 3 années de sa présence sur le réseau social !

Les informations qu’il a reçu sont divisées en 57 catégories incluant :

  • les dates de ses connexions au réseau
  • toutes les adresses IP depuis lesquelles il s’est connecté
  • ses emails, dont certains n’ont pas été fournis au site par Max lui même
  • tous les logs de toutes ses discussions par chat
  • tous les logs de tous les messages échangés
  • tous les amis même ceux qu’il a supprimé
  • les mentions j’aime
  • les pokes
  • les images et albums
  • les évènements qu’il a joins ou non

J’avoue que c’est assez flippant …

Max a donc déposé 22 plaintes contre Facebook dans un tribunal irlandais. Si le juge s’exprime en sa faveur, Facebook pourrait être condamné à verser jusqu’à 100.000 euros au plaignant.

Ce dernier a par ailleurs lancé un site web, Europe versus Facebook, pour encourager les gens à faire de même. Une vague de plaintes pourrait contraindre le réseau social à revoir ses stratégies de voyeurisme.

Le site contient aussi des exemples de données (anonymisées) que vous pouvez recevoir de leur part, ainsi que des copies des plaintes déposés par Schrems afin de vous aider dans la procédure si vous voulez en faire de même.

Source