Open Signal Maps est un service gratuit qui permet de visualiser la couverture des réseaux mobile dans une région donnée. Vous pourrez donc savoir à l’avance s’il est possible, depuis le coin de plage que vous avez réservé pour vos vacances, de lire vos mails sur votre smartphone ou pas.

Le service est accessible via le navigateur de votre ordinateur mais est aussi disponible sous forme d’une application Android. D’ailleurs c’est grâce à cette application Android que la collecte des données se fait. En effet, la carte est collaborative, et au fur et à mesure de vos déplacements sur la planète Terre, l’application tentera de récupérer plusieurs informations telles que les antennes relais les plus proches, la puissance du signal, les réseaux disponibles, etc. Et avec votre permission, elle enverra tout cela à Open Signal Maps qui mettra sa carte à jour. Pas bête !

Cependant, la carte n’est pas encore complète, plusieurs antennes manquent à l’appel. En outre, on attend toujours l’application iPhone qui n’a pas encore vu le jour.

Le P2P squatte plus du quart du trafic européen

L’observatoire de l’internet est un organisme allemand dont le but est de mettre à la disposition de tout le monde 24h/24 les statistiques concernant le trafic sur internet et la quantité de bande passante utilisée par plusieurs applications.

Ils expriment leur ambition sous ces termes : «Cette page sera un sismographe Internet, un service d’information pour tout le monde en quête de données fiables sur ce qui se passe sur l’Internet dans les différentes régions du monde, et ce à chaque moment de la journée.»

Ainsi, dans leurs récentes mesures, 27% du trafic est monopolisé par les transferts P2P, tandis que que 23% concernent le streaming et la plus grosse part du gateau, 38% revient à la navigation web classique. A titre de comparaison, en 2009 le P2P occupait 52% du trafic, contre 7% de streaming et 26% de navigation web. Le taux d’utilisation du P2P aurait donc baissé de prés de la moitié ces deux dernières années, et celle du streaming augmenter du triple …

Hadopi aurait-elle une influence supérieure à celle qu’on imaginait ? :)

Pour l’instant les données concernent uniquement l’Europe, mais elles seront étendues à d’autres régions petit à petit.

Réseaux et architecture web

Ceci est un ancien document que j’ai écris en 2006. Comme je n’avais pas envie de le jeter, qu’il serve au moins à quelque chose sur ce blog. Contactez-moi pour toute remarque, correction ou suggestion.


1. Les réseaux informatiques

En naviguant sur le net ou en discutant avec des potes, vous avez surement entendus une fois « Tiens voila l’adresse du serveur dont jt’ai parlé.  » ou « Le magasin de sport du coin a monté son propre serveur mercredi dernier  » et comme …

Mais au fait qu’est-ce que c’est que ce serveur dont on parle si souvent ?

Hola hola ! Doucement, on y arrive mais d’abord retournons un peu en arrière pour réviser ensemble la notion de réseaux informatiques.

Un réseau informatique :
C’est tout simplement un ensemble d’équipements informatiques (ordinateurs, imprimantes, etc …) reliés entre eux avec ou sans câbles.

définition de réseau informatique

Pour mieux nous représenter cette notion, voici un schéma :

topologie réseau
Un réseau informatique

Il y a plusieurs classifications des réseaux, et ces classifications sont toutes complémentaires les unes aux autre.

Il y a la classification suivant la taille, le mode de communication et la topologie.

Pour la première, c’est très simple, pour chaque taille de réseaux, il y a une dénomination :

  • LAN : « Local Area Network » La taille de réseau s’étend de quelques mètres à un ou deux kilomètres. C’est le reseau de l’entreprise ou de l’établissement scolaire/universitaire.
  • MAN : « Metropolitan Area Network » Ce réseau interconnecte différents LAN dans une même ville, comme les différents bâtiments d’un pôle universitaire, ou les différents sites d’une administration.
  • WAN : « Wide Area Network » Ce réseau permet de communiquer à l’échelle d’un pays, d’un continent ou de la planète entière (comme internet).

Bon, maintenant qu’on a compris ceci, il faut savoir que les réseaux sont divisés en deux grandes catégories: les réseaux en mode de diffusion et les réseaux en mode point-à-point.

Dans le premier type, quand un équipement veut transmettre un message à un autre, il le  » dépose «  sur le moyen de transmission (câble ou autre) et tous les connectés peuvent y avoir accès. Ils vérifient si ce dernier leur a été envoyé sinon, ils le remettent sur le support de communication, jusqu’à ce qu’il arrive à bonne destination.

Dans le second cas, chaque équipement est connecté à un ensemble d’autres équipements directement, pour chaque équipement connecté, il y a un câble, donc un équipement ne peut envoyer de messages qu’à ceux auxquels il est rattaché, et lorsqu’il envoie un message, il arrive directement à destination.

Ensuite, sachons qu’il y a plusieurs topologies de réseaux, et qu’internet est toutes ces topologies à la fois.

Et c’est quoi cette topo chai pas quoi ? C’est une nouvelle bête de cirque ?

Noooon, rassurez-vous, l’informatique regorge de beaucoup de jargon, mais chaque mot a une explication toute simple.

Une topologie :
Une topologie est un type de réseau, ou plus exactement un type d’interconnexion entre les différents équipements d’un réseau. Ces topologies sont divisées en deux groupes suivants le type du réseau (mode diffusion ou point à point). Il en existe plusieurs : en étoile, en anneau, en bus, etc.

définition de topologie de réseau

On peut classifier ces topologies suivant leur type :

Mode de diffusion Mode point-à-point
bus
Topologie en busanneau
Topologie en anneau
etoile
Topologie en étoileboucle simple
Topologie en boucle simpleboucle double
Topologie en boucle doublemaillage régulier
Topologie maillage réguliermaillage irrégulier
Topologie maillage irrégulier

Et pour finir voici un ptit schéma d’internet :

internet
Schéma d’internet

Assez impressionnant n’est-ce pas ?

2. Les serveurs .

Après avoir pris de « solides » bases en réseau, on peut maintenant aborder la notion de « serveur ».

Débutons cette petite section par une définition :

Un serveur :
Un serveur est un ensemble formé d’un ordinateur et de logiciels adéquats, fournissant des services variés.Exemple, un serveur web fournit des sites web, un serveur ftp donne l’accès à des fichiers, etc …

définition de serveur

 

C’est bon, maintenant voyons de plus prés ces « logiciels adéquats« .

En fait, tout le monde peut monter chez soi un serveur web, il suffit d’avoir un pc c’est tout. Le reste peut être téléchargé de l’internet.

En première place, il y a le logiciel qui fait guise de serveur web, il y en a plusieurs, je ne vais citer que le plus répandu : Apache.

Apache ? Tu t’moque de moi, c’est des amérindiens les apaches !

Je sais, je sais, mais ses concepteurs ont voulus l’appeler ainsi, que voulez vous que j’y fasse. D’ailleurs le logo d’Apache c’est une belle plume d’indiens hé oui :

apache

Ensuite, tout dépend des langages que vous voulez utiliser :

Si vous voulez du php, il faudra ajouter le plugin de php à apache, par contre si vous voulez utiliser du JSP, vous installerez Tomcat.

Et finalement, si vous voulez ajouter des bases de données, il faut installer un serveur de bases de donnés comme Mysqld qui est un serveur de bases de données mysql.

Pour les utilisateurs de windows ( il y en a beaucoup ;-) ), il existe des utilitaires qui vont vous simplifier la vie. En effet, il y a des « petits » logiciels comme EASYPHP, WAMP ou encore XAMPP qui installent toutes ces ptites bête en une seule fois et les configurent par défaut, comme ça, vous installez une seule fois un seul logiciel et hop, votre serveur tourne !

D’accord, mais maintenant, comment est-ce qu’il fonctionne ce serveur ?

Très bonne question.

Tout ordinateur qui se connecte à un réseau se voit assigné une adresse ip (unique sur ce réseau) ainsi, on peut s’adresser exactement à qui l’on veut. Il suffit d’utiliser cette adresse. Mais son inconvénient, c’est qu’elle est très difficile à retenir. En effet essayez de vous rappeler de 192.168.1.243. Peut-être que vous y arriverez, mais dans un réseau il n’y a pas qu’un seul ordinateur, alors que dire d’internet, il faudra vous rappeler d’une bonne centaine pour pouvoir utiliser ce réseau. Heureusement, il y a ce qu’on appelle les serveur DNS, ce sont des serveurs qui répertorient tous les serveurs sur le web et font la conversion des adresses alphanumériques en adresses ip.
Ainsi, quand vous mettez l’adresse : www.google.fr, une requête va vers un serveur dns qui transforme cette adresse en xxx.xxx.xxx.xxx et voila que la page de google s’affiche devant vos yeux.

Dis, c’est vrai ce que tu nous raconte ? Moi je ne voit rien de tout ça.

Bien sûr que tout cela est vrai, mais vous ne voyez rien car tout a été conçu de telle sorte que ce soit fait d’une manière totalement transparente à l’utilisateur. Sinon, personne n’utiliserai l’internet de nos jours !

dns
Votre requête de demande d’une page web

Ceci se fait à un premier niveau.

Au deuxième niveau, que ce passe-t-il lors d’une demande de page web à un serveur ?

Pour naviguer, on utilise un navigateur n’est-ce pas ? Et pour surfer sur le net, ce navigateur utilise un certain nombre de protocoles dont le fameux HTTP. Bon, ici ce n’est pas un cours de http mais une seul commande ne va pas nous agacer quand même. Cette commande c’est « GET« , elle ne signifie pas grand chose, juste « donne moi« . Donne moi quoi ? Mais une page web bien sûr !

Bon, en clair, voici les étapes depuis la demande d’une page, jusqu’à son affichage (on considère que les pages sont statiques et qu’on n’a pas besoin de base de données) :

  • Vous écrivez l’adresse dans la barre d’adresse du navigateur. Ou vous cliquez sur une page dans la liste des favoris,
  • Le navigateur transmet l’adresse de base à un serveur dns, ex: si vous entrez « www.firasofting.com/blog/2011/infographie-la-fabuleuse-evolution-de-linternet/ », le navigateur transmet au serveur dns « www.firasofting.com »
  • Vous accédez alors au serveur demandé si votre adresse est bonne,
  • Votre navigateur lui envoie le reste de l’adresse avec la commande « GET » de http,
  • Si l’adresse est valide, il vous envoie la page demandée. Sinon, il vous renvoie une erreur comme 404 : page inexistante ou 500 : erreur interne au serveur,

requete
La requête derrière le serveur

Voilà, c’est fini ! Je sais … ce cours a été un peu long, mais c’était nécessaire pour comprendre à peu prés le fonctionnement d’internet afin de pouvoir faire un site web en toute connaissance de ce qui se passe derrière.

Suite de cette formation : Page et site web, quésako ?

Tester les serveurs DNS

Un serveur DNS est un noeud dans le réseau internet qui sert en quelque sorte de pages jaunes du net. En effet, le DNS (pour Domain Name System) est un système qui fait le lien entre un nom de domaine et une adresse ip.

Ce site http://www.just-dnslookup.com/ permet donc de tester, pour un nom de domaine donné, l’adresse IP retourné par une liste de serveurs DNS, le temps de réponse, et aussi de voir à quel noeud cette url n’est pas accessible.

Par exemple pour www.firasofting.com, trois noeuds (2 Amsterdam et 1 Shanghai) ne répondent pas à la requête …